Problèmes auditifs

Stimuler la fonction d’écoute pour re dynamiser, redonner l’envie d’apprendre,

de communiquer, de s’ouvrir aux autres…

 

L’oreille est un “outil” majeur dans l’acte de communiquer. 

Écouter une conversation, parler, répondre au téléphone, exprimer ses opinions... tous les jours, ces actions  nécessitent... d’entendre. Pour une personne qui n’entend pas bien, tous ces actes sont source de difficultés, d’efforts et de fatigabilité.  

Actuellement, de plus en plus de personnes ont des pertes auditives, souffrent d’acouphènes ou même de vertiges. 

Une perte auditive entraîne sur le sujet des difficultés relationnelles et de communication  : la personne fait répéter, a des confusions de sens, n’ose pas s’exprimer ou perd l’envie de parler. 

Les difficultés auditives

Elles sont d’origines diverses : maladies (otites importantes, méningite..), maladies génétiques (comme l’otospongiose), chocs sonores, chocs psychologiques, hyperacousie...Quelles qu’en soient les origines, elles sont invalidantes.

Quelques rappels : 


N’oublions pas que l’oreille a 2 organes principaux : le vestibule qui assure l’équilibre du corps et la cochlée pour l’audition et la recharge du cerveau. 

Toute altération de l’oreille a donc des répercussions physiques, sur le comportement, le mode de communication et la dynamisation. Lorsque l’oreille, formidable organe transmettant des stimuli au cerveau, n’exerce plus son rôle de “batterie”, perçoit moins certaines fréquences, c’est alors un manque de stimulations fondamentales dont souffre la personne (fatigabilité, repli...).

 

L'oreille joue par ailleurs un rôle primordial dans le domaine de l’attention, la concentration, la mémorisation. C’est donc à ces problèmes aussi que la personne se trouve confrontée.

Une perte auditive est variable en intensité (perte pouvant aller de 20 à 70 décibels ou même plus). Elle peut se situer sur des fréquences graves, ou médium (fréquences du langage) ou aigües, ou sur l’ensemble des fréquences.

Selon où se situe la perte, les conséquences sur l’état de la personne seront différentes : une perte sur les fréquences du langage entraîne des difficultés d’expression et communication ; une perte sur les fréquences aiguës rend la personne fatigable.

Le fait qu’il s’agisse de l’oreille droite ou gauche n’aura pas non plus les mêmes conséquences au niveau comportemental.

Les acouphènes

 

Qu’il s’agisse d’un bourdonnement ou d’un sifflement, ils indisposent car ils font obstacle à la perception des sons venant de l’extérieur. Le sujet se trouve également envahi par les bruits internes de son propre corps. 

En fait ce sont les bruits internes à l’oreille elle-même, ceux de ses propres liquides et des mouvements incessants des molécules qui les constituent, ainsi que tous les bruits du corps transmis par les os (l’os étant un excellent conducteur acoustique).

 

Ces bruits sont plus ou moins intenses; ils peuvent réellement indisposer jusqu’à rendre la vie impossible (problèmes de sommeil,  concentration...). Souvent, à ces bruits correspond une baisse auditive.

 

L'hyperacousie  

 

De plus en plus de jeunes personnes souffrent de « trop entendre ». Ce que l’on nomme hyperacousie signifie pour la personne qui en souffre une agression sonore permanente. Cela génère un stress intense et de la fatigue. En fait, d’après Tomatis, il s’agit d’une manière d’écouter différente, comme si le corps recevait trop d’informations sonores par vibrations. Ce que l’on pourrait qualifier d’écoute « à fleur de peau » n’est pas une fatalité ; la méthode est une aide précieuse pour ce type d’écoute. 

la méthode est une aide précieuse dans le cadre de l'hyperacousie

Le vertige


Il peut être d’origine labyrinthique (organe dans l’oreille interne) ; cela signifie que l’équilibre, la mobilité de la personne sont touchés. Toute la dynamique du mouvement, de l’immobilité jusqu’au moindre déplacement, est subitement perturbée. 

Dans la durée, le vertige peut durer de quelques minutes à quelques heures. Ce vertige est ressenti comme une sorte de dérobade du sol qui s’associe à un tourbillon concernant l’environnement. 

Après une crise, le sujet, très angoissé, reste frappé d’une étonnante frayeur, par crainte de revivre une nouvelle tourmente. 

Un vertige peut aussi avoir des causes psychologiques (chocs émotionnels, stress..) ou se manifester après une chute ou une subite perte auditive.

A propos du vertige de Ménière :

Ce vertige est tellement fulgurant et dominant que l’on en oublie les signes associés, qui paraissent “minimes” par rapport à l’ouragan initial. Trois  signes majeurs le constituent :

  • Le vertige

  • La surdité

  • Le bourdonnement

Vertiges d'Alfred Tomatis aux éditions Ergo

Quelles solutions ?

L'originalité de notre méthode : re-muscler son oreille

Quelle qu'en soit l’origine, pour A. Tomatis il s’agit d’un trouble de l’écoute où l'oreille s’est mise à fonctionner de manière aberrante. Proposer en complément des aides traditionnelles (très souvent médicamenteuses), une remise en route musculaire de l’oreille permet d'apaiser ou réadapter l'oreille à certaines fréquences . 

Il s’agit de “remuscler” l’oreille, avec l’aide de l’Oreille Electronique ou Auditory Training System et de bandes sonores accentuées dans certaines plages fréquentielles. Ce travail se fait en séances d’écoute individuelles, avec casque, et de manière intensive (de 1 à 2 heures par jour sur 10 à 15 jours), renouvelables si besoin de façon moins intensive.  

Faire un Bilan d'écoute

Le bilan d'écoute permet de faire le point sur l'état de l'oreille et de déterminer un programme adapté.

Tél  : 04 67 52 13 13

© 2017  Clé Montpellier par Osevents

 

Mentions Légales